Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Aux papilles palpitantes’ Category

Voilà longtemps que je n’ai pas posté sur ce blog…

Je ne vais pas donner l’excuse bidon des exams, des courts métrages à tourner/monter, des soucis administratifs divers, du job à temps partiel, du réseau social à entretenir…

Non, ce qui compte vraiment c’est mon 4e voyage en Corée, en juin dernier. Ci-dessus, la preuve que j’étais bien occupée :  pyramide 소주 (soju, alcool de riz)-맥주 (bière), pour un mélange frétillant et une soirée arrosée comme il faut. Le but est de regarder béatement les deux bouteilles l’une sur l’autre, aquarium improvisé qui se mixe leeeentement.

 

Mon alcool préféré, à moi, (et aussi celui des personnes âgées…) c’est le 막걸리 (magkeolli, alcool de riz de couleur blanche et non transparent comme le soju).

3 bonnes raisons d’aimer le magkeolli :

– pour la sonorité de son nom, qui rebondit et colle

– parce qu’il ressemble à du lait, ce qui donne l’impression de rester sage

– parce que, par lui, vous recevez l’admiration des Coréens qui, en plus de s’étonner de votre connaissance étendue de leur culture, vous demanderont si le magkeolli ne vous donne pas mal à la tête…

Même en métissant vos alcools, vous ne roulerez pas sous la table si, comme moi, vous vous jetez sur les plats obligatoirement commandés avec… qui vont de simples chips à de véritables plats de viandes (vous êtes censés avoir dîné avant, bien sûr).

Le plat qui accompagne généralement le magkeolli, c’est le 파전 (pahjeon) : aliments frits, parfois en solo, parfois sous forme d’omelette. Ça va de la patate douce au piment entier… attention à ce que vous croquez, dégarnissez un peu pour vérifier (ou partez à l’aventure si ça vous amuse).

Le pahjeon a cela de bon qu’il est… bon au goût, et surtout éponge à alcool efficace !

En Corée, vous n’êtes pas obligé de passer pour un rabat-joie si vous voulez éviter de vous saouler : passez au contraire pour un bon vivant, MANGEZ plus, et tout ira bien !

 

Cuisson du pahjeon :

Un petit jeu de beuverie (pour décliner toute responsabilité…) : 
1) Prenez une bouteille de soju, retirez le bouchon en prenant soin à ne pas arracher ou casser le bidule en métal qui dépasse ;
2) Tortillez tout aussi soigneusement ce même bidule en métal, tordez-le à la racine mais pas trop ;
3) Tenez le bouchon et, d’une pichenette précise, frappez le bidule en métal tortillé qui dépasse ; attention, un seul coup par personne !
4) Faites le tour de la table jusqu’à ce que quelqu’un casse le bidule en métal tortillé ; celui-là a le droit de faire boire la personne de son choix (ou ses deux voisins, dans d’autres versions) !

Read Full Post »

À l’approche de l’été, vous verrez surgir ce genre de panneaux :

Il s’agit du bingsoo (빙수), basiquement composé de glace pilée, de lait ou/et lait concentré, de haricots rouges sucrés et de teok (덕, ce sont des morceaux de pâte de riz sucrée et moelleuse, très répandus dans la cuisine coréenne).

Voici les principaux bingsoo, que vous trouverez en vente n’importe où en Corée (de la chaîne de  boulangerie « Paris Baguette » au fast food « KFC ») :

– pat bingsoo (팥빙수), bingsoo aux haricots rouges et aux fruits, que l’on peut confondre avec le kwa-il bingsoo

– kwa-il bingsoo (과일 빙수), bingsoo aux fruits et jus de fruits, ne contient pas de haricots rouges ; ressemble au pat bingsoo mais sans les haricots rouges (si vous n’aimez pas les haricots rouges, veillez à bien vérifier qu’on vous donne un kwa-il bingsoo sans car même les Coréens mélangent souvent les deux versions)

– nok-tcha bingsoo (녹차빙수), MON PRÉFÉRÉ ❤ bingsoo au thé vert…

– coffee bingsoo (커피빙수), bingsoo au café

La taille, la texture, le goût des bingsoo varient selon les établissements dans lesquels vous les commandez. De même pour les petits assortiments (boules de glace, Chantilly, noisettes, amandes, noix, biscuits, fruits, céréales, sauce chocolat, sirop, coulis, etc) qui peuvent être ajoutés.

Les prix aussi sont différents : un bingsoo du quartier touristique et chic de Seoul (서울), Insa-dong (인사동), pourra vous coûter 10 000 won tandis qu’un bingsoo de rue de Busan (부산) fera 2 000 won.

Ci-contre fabrication et vente de bingsoo en  pleine rue ; vous trouverez ces échoppes à la  suite les unes des autres dans les rues de  Busan (부산), sans que la concurrence ne  dérange. Les parasols, les chaises en  plastique, les boîtes de fruits en conserve…

… et l’interpellation joyeuses des vendeuses  vous y attirent. Elles le préparent sous vos  yeux, et vous servent une deuxième (voire  troisième) tournée gratuite si vous le demandez avec  un grand sourire en disant « mashisseoyo »  (맛있어요), « c’est bon ».

Le bingsoo y est très peu cher, mais vous  n’avez pas le choix, ce sera glace pilée,  haricots rouges et fruits de conserve ! Pas idéal si vous avez très  faim, mais… la glace est si bien pilée,  et vous pouvez  même discuter avec de parfaits inconnus,  assis sur vos chaises en plastique, dans la  rue busanaise étouffante de chaleur ! ^^

Si vous commandez un bingsoo dans un fast food, il y a de fortes  chances pour que vous vous retrouviez avec une crotte de crème glacée  style Mc Flurry, fondant misérablement sur vos fruits minuscules…

Pas le meilleur des bingsoo, mais pratique à essayer  en sortant de  boîte de  nuit, affamé et se ruant au fast food avec ses potes pour cuver en  attendant  le premier métro… ^^

Dans une sandwicherie du quartier de  Hongdae, à Seoul, le style est encore très  américanisé, avec ces corn flakes et cette  sauce ultra chocolatée qui accompagnent  tous les bingsoo. Pas mal, un peu croquant  et très sucré.

Si vous voulez éviter les calories tout en  ayant l’impression de manger beaucoup,  commandez un bingsoo à « Paris Croissant »  (même chaîne que « Paris Baguette » mais en  un peu plus raffiné) : servi dans d’énormes  coupelles qui font presque une tête  humaine  (!), ces bingsoo ne contiennent ni crème  glacée, ni lait, ni lait concentré. Que de la  neige… mais quelle neige ! Un vrai délice  rafraîchissant, léger et subtil.

Ci-dessus, bingsoo au thé vert et bingsoo au café.

À « Paris Baguette », les bingsoo sont  équilibrés entre légèreté, crémeux, sucré-  mais-pas-écoeurant. Possibilité de vente à  emporter,  mais je vous le déconseille en  plein mois  d’août, à moins que votre guest  house ne  soit juste en face… ^^

Ci-dessus, bingsoo au  thé vert et 2 bingsoo  aux fruits

Sur l’île de Jeju, au sud de la Corée, j’ai  goûté à un bingsoo absolument infâme,  bourré de pâtes de fruit (déjà que je n’aime  pas les pâtes de fruit, mais là c’était  vraiment  trop écoeurant, en plus vu la  profusion, ça  ressemblait plutôt à de la pâte  de fruit aux  glaçons ^^’).

Vous aussi, faites votre bingsoo !

Si vous êtes en Corée, vous n’aurez pas de mal à trouver les ingrédients. En revanche, en France, précipitez-vous dans une épicerie coréenne (si vous en avez dans votre ville… à Paris, on est comblés ^^).

La base du bingsoo étant la texture de la glace, il vous faudra une machine qui puisse la broyer en fine neige, ce sera meilleur. Pour ma part, j’ai acheté ma machine en Corée, dans une banale grande surface (elle ne valait quasiment rien et était entourée de tous les ingrédients qu’il fallait).

Amatrice des bingsoo et fanatique du thé vert, c’est par grosse quantités que j’ai acheté la noktcha garu, (녹차 가루) poudre de thé vert (ou « macha », c’est le nom japonais). Comme il n’y a pas, à mon grand dépit, de crème glacée au thé vert en France, je mélange glace vanille à poudre de thé vert, et n’oublie pas de saupoudrer à la fin, pour donner une petite saveur amère au milieu de tout ce sucre.


Et maintenant, soyons fous…

Le bingsoo de mon futur mariage !!! >_<

Hem… je blague, il a plutôt l’air d’une créature  démoniaque issue du  monde de Miyazaki… pas très  ragoûtant… mais admirons l’audace !

J’ai trouvé l’image sur Internet… si ce bingsoo existe, je  veux le voir en vrai ! Je veeeeuuux un bingsoo au thé vert en  forme de cascade !

Et une version bingsoo bibimbab..?

Avec… avec du maïs ?! O_o

Argh…

Read Full Post »